Actualités

Les partis d’opposition critiquent le nouveau conseil des ministres

Les partis d’opposition critiquent le nouveau conseil des ministres

24 Avril

Québec — Le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS) ont tous deux déploré, mercredi, la sous-représentation des femmes au sein du conseil des ministres du nouveau gouvernement libéral.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a pour sa part mis en doute la capacité des nouveaux ministres « économiques » de livrer la marchandise en période d’austérité.

En nommant seulement huit femmes parmi les 26 membres du cabinet — un peu plus de 30 % — le premier ministre Philippe Couillard a brisé son engagement d’atteindre une « zone de parité » de 40 %, a soulevé le chef parlementaire par intérim du PQ, Stéphane Bédard.

Selon lui, M. Couillard avait tous les éléments en main pour remplir son engagement malgré le nombre limité de députées libérales. Seulement 18 femmes ont été élues au scrutin du 7 avril parmi les 70 libéraux qui ont fait leur entrée à l’Assemblée nationale.

Le déséquilibre hommes-femmes au conseil des ministres est déplorable, mais il était fort prévisible, a estimé, de son côté, la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David. La députée de Gouin reproche au PLQ d’avoir offert à ses candidates trop peu de « comtés gagnables ».

Orientations économiques qui inquiètent

Les trois partis d’opposition ont aussi fait part de leurs inquiétudes quant aux orientations économiques du nouveau gouvernement Couillard.

Le premier ministre a livré un discours axé sur l’austérité en omettant d’aborder le thème de la création d’emplois, a relevé le chef péquiste.

« Ce qu’on lui demande, c’est d’allier la rigueur budgétaire comme on l’a fait [dans le précédent gouvernement péquiste] avec des mesures de création d’emplois pour stimuler la croissance économique. Malheureusement, cette partie du discours n’était pas au rendez-vous. Il y aura d’autres occasions, mais c’est névralgique, car sinon, cela peut entraîner une perte de confiance des consommateurs et une perte de confiance chez les investisseurs », a déclaré M. Bédard en point de presse.

Son vis-à-vis de la CAQ, François Legault, s’est demandé si les ministres Jacques Daoust de l’Économie et Carlos Leitao des Finances seront à la hauteur de la tâche qui les attend. Compte tenu de la nécessité d’assainir les finances publiques et de relancer l’investissement, une « grande partie de l’avenir du Québec » repose entre les mains des deux recrues, a noté le chef caquiste.

« La barre est très haute pour le duo Daoust-Leitao », a soutenu M. Legault.

« M. Daoust a la responsabilité de faire bouger l’aiguille sur les investissements privés, il doit entreprendre rapidement des changements chez Investissement Québec pour commencer à attirer beaucoup plus d’investissements par les entreprises. De son côté, M. Leitao a un budget à préparer et je continue à penser qu’il est primordial d’avoir des baisses d’impôt pour les contribuables », a-t-il ajouté.

Quant à Québec solidaire, sa porte-parole aurait préféré que M. Couillard « désigne aux ministères économiques des personnes qui présentent une vision reflétant les défis du 21e siècle ».

« Est-ce que le gouvernement Couillard reprendra les orientations du gouvernement Charest avec son désastreux Plan Nord, son appui tous azimuts aux lobbys pétroliers et ses dépenses irréfléchies dans des infrastructures coûteuses ? Les Québécois ont toutes les raisons de s’inquiéter », a fait valoir Mme David, dans un communiqué.

Par Martin Ouellet

23 avril 2014 23h43 |La Presse canadienne |Québec

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/406271/pq-reax-conseil

Actualités

Voir toutes les actualités