Actualités

La rentabilité de l’égalité

La rentabilité de l’égalité

6 Juin 2016

Dans le secteur de la finance, un boys’ club notoire, les femmes ne représentent qu’un maigre 12 % des membres des conseils d’administration. Mais certaines entreprises font beaucoup mieux que la moyenne à ce chapitre. Un nouvel indice boursier, créé par la société d’information financière Bloomberg, permet désormais de les repérer.

Lancé début mai, le «Bloomberg Financial Services Gender-Equality Index» répertorie 26 institutions financières (dont 2 canadiennes, la Banque de Montréal et CIBC) qui sont plus engagées que les autres envers l’avancement des femmes, selon des critères comme leur programme de congé parental, leurs politiques de recrutement et la présence des femmes dans leurs postes de direction. Au sein de ce sous-groupe trié sur le volet, la proportion de femmes au C.A. est deux fois plus élevée que la moyenne, à 26 %.

Un poids lourd de la finance, Bloomberg, se joint ainsi à une tendance émergente dans l’industrie. Après les fonds éthiques et les indices mesurant la conscience environnementale des entreprises, on voit aujourd’hui apparaître des produits financiers destinés aux investisseurs soucieux de l’égalité des sexes. En 2014, sur le parquet new-yorkais, la banque Barclays a lancé le «Women in Leadership Index», un indice qui regroupe des sociétés états-uniennes ayant une femme comme PDG ou un conseil d’administration composé d’au moins 25 % de femmes. En avril dernier, la Banque de Montréal lui a emboîté le pas en créant son «BMO Fonds leadership féminin», un fonds qui investit dans les titres d’entreprises nord–américaines répondant aux mêmes critères de représentation féminine.

Auteure: Noémi Mercier
Source: L’actualité 

Actualités

Voir toutes les actualités